Les différentes maladies de la croissance

Quelques généralités 

Elles concernent les enfants à partir de 12 ans jusqu’à la fin de l’adolescence et se situent à différents niveaux du corps.

  • Au niveau de la colonne vertébrale, elle se nomme maladie de Sheuermann (atteinte vertébrale le plus souvent dorsale).
  • Au niveau de la rotule, maladie de Sinding-Larsen (douleur à la pointe de la rotule).
  • En dessous du genou, maladie d’Osgood-Schlatter (douleur de l’apophyse tibiale antérieure).
  • Au niveau de la cheville, maladie de Sever (atteinte du calcanéum). 
  • Au niveau du pied, maladie de Kohler Mouchet (douleur sur le côté interne du pied scaphoïde tarsien).

Chacune porte le nom de son découvreur.

Elles sont liées à des tensions ligamentaires à proximité et sur la zone douloureuse souvent liées à un défaut d'alignement du membre inférieur.

Ces maladies de croissance touchent le cartilage de conjugaison, dernière partie de l’os à s’ossifier. 

Ce cartilage en s’ossifiant signera la fin de la croissance. Il est donc tendre et spongieux par rapport à de l’os.

Parmi ces maladies de croissance, la plus courante est celles d'Osgood Schlatter.

La maladie d'osgood-schlatter

La maladie d’OSGOOD-SCHLATTER

Schéma du tendon rotulien

Elle se localise au niveau de la tubérosité tibiale antérieure où s’accroche le tendon rotulien, tendon qui fait partie des stabilisateurs du genou. La douleur est juste en dessous de la rotule.

Ce tendon s’insère en haut, sur la pointe de la rotule dans le prolongement du muscle quadriceps devant la cuisse, et se fixe sur la tubérosité tibiale antérieure qui est en cartilage de croissance. Le tendon est une structure épaisse, fibreuse et solide.

Schéma du genou

Quelle est la cause de cette maladie ?

C’est un surmenage au niveau de cette tubérosité tibiale antérieure causée par des tensions, des tractions du tendon rotulien sur la tubérosité du tibia.

Elle peut atteindre les deux genoux. Elle touche particulièrement les adolescents.

Les douleurs s’arrêtent à la fin de la croissance quand l’os s’est ossifié. Il peut même y avoir des micro-fractures et des arrachements de cartilage, mais tout ceci finit par se cicatriser. On retrouve facilement le point douloureux à la palpation de la tubérosité.

Qui est touché ?

Les enfants pratiquant des sports nécessitant des flexions et des extensions répétées et intenses du genou et ceux avec des changements de direction ; gymnastique, football, tennis... Mais il ne faut pas non plus sous-estimer la cours d’école.

Environ 20 % des jeunes vont développer une excroissance osseuse sur la tubérosité tibiale. Cette excroissance peut prolonger la durée des symptômes.

Les explications

Il existe une torsion fémorale et une torsion tibiale dites physiologiques.

La torsion fémorale est fermée à la naissance, s’ouvre rapidement jusqu’à 5 ans puis stagne jusqu’à 10 ans pour continuer encore entre 10 et 15 ans.

La torsion tibiale, elle, est nulle à la naissance, mais avec la croissance se développe une torsion externe.

Ces torsions vont diminuer, persister ou augmenter.

On parle alors d’anomalie rotationnelle de mouvement des membres inférieurs, cela débute au niveau de la hanche.

Ces torsions vont influencer la morphologie et la fonction des membres inférieurs.

Torsion tibiale

Les facteurs :

  • Une morphologie familiale, il y a des familles entières qui ont des genoux valgum, en X.
  • Une disposition de la posture.
  • Le poids.
  • Une disposition musculaire qui s’exerce pendant la vie intra-utérine et la croissance.

En observant l’angle du pas pendant la marche, on peut voir les rotations de la hanche sur le fémur, le genou, le tibia et la cheville.

Quand l’angle est fermé et que les pieds sont en dedans, on voit l’impact des tensions engendrées par l'excès de ces rotations pendant la marche et la course sur les tendons.

Les facteurs de la maladie d'Osgood Schlatter
La stabilisation des genous par les tentons et les muscles

Dans le cas de ces pathologies, il y a « un défaut » morphologique, le membre inférieur de l’enfant, de l’ado part trop en dedans, même ses pieds sont concernés et s’affaissent vers l’intérieur, on dit qu’ils sont en valgus et en pronation. Ils entraînent les membres inférieurs en dedans.

La stabilisation du genou se fait par des tendons et des muscles, dont fait partie le tendon rotulien, mis en cause, trop étirés, ils ne peuvent fonctionner correctement !

La déviation du genou et donc du tendon rotulien tire sur le cartilage de croissance sur lequel il s’insère et le blesse.

Au niveau des pieds, il y a un valgus calcanéum qui couche le pied vers l’intérieur et donne une flexion plantaire avec une rotation interne du tibia conduisant à une rotation interne du fémur.

Que faire ?

La prise en charge peut être rapide, mais dans tous les cas de douleur chez l’enfant, il est important de consulter votre médecin généraliste qui vous orientera chez les spécialistes pour éliminer d’autres pathologies.

Radio, IRM et échographie ne sont ni nécessaires ni utiles pour le diagnostic et la prise en charge de ces patients.

La seule indication pour une IRM est la suspicion d’une pathologie tumorale, ce qui est exceptionnel à cette localisation anatomique.

Quels sont les traitements ?

En premier lieu, le repos et ou l’arrêt du sport peut être recommandé pour une récupération pouvant aller de 4 à 6 mois en moyenne.

En cas de grosses douleurs, des antalgiques pourront être prescrit un temps.

Pour une reprise plus rapide, l’association de plusieurs traitements est très efficace :

Les semelles pour lutter contre la maladie d'Osgood Schlatter
  • La rééducation chez un kinésithérapeute pour des exercices musculaires de stabilisation des genoux avec des étirements musculaires pour diminuer la contrainte du muscle quadriceps et renforcer les rotateurs externes de genou comme le grand fessier. 
  • L’ostéopathie.
  • L’immobilisation plâtrée est rare. 
  • Des semelles.

Le podologue, après un examen complet de la posture, observera la marche et les empreintes plantaires sur une plate-forme électronique et réalisera des semelles adaptées aux pieds de l’adolescent pour stabiliser le membre inférieur ce qui facilitera le travail de renforcement musculaire.

Elles maintiendront le pied dans une direction au plus près d’une physiologie acceptable pour chaque cas.

Le membre inférieur rééquilibré et les appuis plantaire soutenus, les tensions et les contraintes des genoux céderont.

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.