Céline Riesterer-Mededji
Pédicure-Podologue 

Soulager le syndrome de l'essuie-glace grâce aux semelles

07 Juin 2022 Céline Riesterer-Mededji La podologie du sport

Le syndrome de l'essuie-glace touche majoritairement le sportif notament coureur et cycliste. 

Appelée aussi syndrôme de la bandelette ilio-tibiale, celle-ci s’étend de l’os iliaque au tibia d’où son nom, bandelette. 

Lors de la flexion et de l’extension du genou, le tractus frotte en glissant d’avant en arrière sur le condyle fémoral latéral, tels un essuie-glace !

Le syndrome de l’essuie-glace peut se situer aussi au niveau de la hanche, il touchera et frottera alors sur le grand trochanter.

C’est un muscle allongé, situé à la limite externe de la région fessière, il est charnu à son extrémité supérieure et se prolonge sous la forme d'une bande fibreuse le long de la face externe de la cuisse pour se terminer sur le condyle latéral du tibia au niveau du tubercule infra-condylaire (tubercule de gerdy).

Le rôle de cette bandelette ilio-tibiale est aussi de stabiliser le genou et la hanche

En course à pied, la bandelette ilio-tibiale est très vulnérable quand il existe des déséquilibres d’ordre biomécanique et des défauts d’alignement du segment jambier et du pied, comme un valgum ou un varum de genou ou encore une rotation de la hanche trop sollicitée à chaque foulée pour compenser ce déséquilibre. 

Ce frottement répété peut aussi entraîner l’apparition de symptômes inflammatoires avec parfois des gonflements.

Il existe des facteurs extérieurs favorisants le syndrome comme :

  • L’augmentation de la fréquence et l’intensité des entraînements 

  • Des sols en pente, comme le côté d’une route où le corps est plus bas

  • Des chaussures inadaptées ou un changement de type de chaussures (drop différent, amorti différent, foulée différente)

Et des facteurs morphologiques tels que :

  • La compression excessive du tissu graisseux situé sous la bandelette qui peut s’enflammer
  • La rotation interne excessive du genou
  • Un pied valgus (le bord extérieur de l’arrière et du médio-pied qui « se soulève » et entraîne le genou vers l’intérieur)
  • Le recurvatum, les genoux qui partent en arrière par excès de rotation interne fémorale ou par laxité ligamentaire 
  • Le varum de genou (les genoux qui s’éloignent l’un de l’autre)
  • L’inégalité de longueur de membre qui crée une tension sur le tractus du membre le plus long. L’adduction relative de la hanche augmente la tension sur le tractus et entraîne le genou vers l’intérieur.
  • Une proéminence osseuse excessive du condyle fémoral

Quels sont les symptômes ?

La douleur ressentie est caractéristique : 

Elle se situe au niveau de la face latérale/extérieure du genou, proche de l’insertion de la bandelette ilio-tibiale.

Elle peut également se ressentir un peu plus haut au niveau de la cuisse, mais c’est bien plus rare.

Il y a plusieurs degrés de douleur :

– 1er degré : la douleur apparaît mais s’atténue
rapidement

– 2e : la douleur apparaît après une certaine distance ou durée de course tout en restant supportable

– 3e : la douleur s’installe et force l’arrêt du sport pour disparaître après quelques jours

– 4e :  la douleur est constante

En savoir plus sur: Les semelles orthopédiques, une solution efficace

Les traitements complémentaires :

  • Des anti-inflammatoires

  • Des séances de kinésithérapie pour renforcer le quadriceps, les ischios-jambiers et les moyens fessiers (muscles indispensables pour avoir une foulée gainée) 

  • Le K-Taping peut diminuer la douleur. Les études ne sont pas unanimes sur l’utilité de ces bandages, mais des patients ont explicitement affirmé avoir moins de douleur. Il peut être donc intéressant d’essayer

  • La cryothérapie a aussi des effets intéressants

  • La mésothérapie donne également des résultats intéressants. 
  • La chirurgie est rarement utilisée, elle est réservée aux échecs prolongés du traitement. L'intervention consiste en une section des fibres postérieures de la bandelette, au niveau de la zone de frottement. Après une période de repos de quelques jours, la marche est autorisée rapidement, la reprise de l'activité sportive s'effectue entre le 2e et le 3e mois.
  • Dans les cas rebelles, une ou deux infiltrations au niveau de la zone d'inflammation peuvent être nécessaires. 

Conseils à faire soi-même en attendant de consulter :

  • Appliquez de la glace en prenant soin de positionner un tissu sur le genou pour protéger la peau 

  • Appliquez une pommade anti-inflammatoire que l’on peut trouver en pharmacie 

  • Massez pour atténuer la sensation de brûlure  

  • Le contrôle de l'usure de la chaussure de sport est également essentiel 

Podologue à Paris

Céline Riesterer est podologue à Paris, spécialiste du syndrôme de l'essuie-glace.


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

Comment traiter ses pieds secs et ses crevasses au talon

07 Juin 2022

Les crevasses aux talons sont des fissures plus ou moins profondes de la peau dues à la pression de chaque pas. La peau pour se protéger produit de la kératine qui épaissit la couche cornée. 
Si el...

Le basket-ball et la podologie

07 Juin 2022

Le basket-ball est un sport qui alterne le sprint court, le saut et des longs repos actif et passif, les prises de position, les passes, tirs, sprints, les changements de rythme, bonds, rebonds, dr...

La transpiration des pieds

07 Juin 2022

Il est normal de transpirer, il s'agit même d'un phénomène essentiel à l'organisme. 
La transpiration permet de réguler la température du corps à 37 degrés, même dans le cas du pied qui lui est éch...

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion